PROTHESES MAMMAIRES


DEFINITION, OBJECTIFS ET PRINCIPES


Le développement réduit du sein ou hypoplasie mammaire peut être la  conséquence d'un développement insuffisant de la glande à la puberté, ou apparaître secondairement par perte du volume glandulaire à la suite de grossesse, amaigrissement, perturbations hormonales. Elle peut aussi être associée à une poitrine « tombante avec aréoles qui regardent vers le bas ; ptôsis mammaire.

L’intervention chirurgicale, est normalement, finalisée à la création d’un volume du sein qui soit en harmonie avec la silhouette de la patiente.
Les seins «augmentés» subiront, comme des seins naturels, les effets de la pesanteur et du vieillissement selon une rapidité variable en fonction de l'âge et des qualités de soutien de la peau, mais aussi du volume des implants.
L'intervention peut se pratiquer à tout âge à partir de 18 ans après la fin du développement de la poitrine
Cette chirurgie à visée purement esthétique ne peut bénéficier d'une prise en charge par l'assurance maladie.
Les implants mammaires actuellement utilisés sont composés d'une enveloppe et d'un produit de remplissage.
L'enveloppe est toujours constituée d'un élastomère de silicone ; l’intérieur est constitué par du gel très cohésif de silicone ou du sérum physiologique.

Pendant la consultation  en accord avec la patiente le volume du sein est établi ainsi que le type de prothèse à implanter et l’emplacement de la cicatrice.
Une mammographie et une échographie préopératoire sont obligatoires afin de déceler d’éventuelles lésions cachées.

La prothèse peut être positionnée  sous la glande ou sous le muscle pectoral selon la structure du thorax ,  le volume du sein et la consistance.

Prothèses mammairesProthèses mammaires

Les cicatrices résiduelles à l’incision cutanée effectuée pour introduire la prothèse peuvent  être localisées au niveau :

- aréolaire,  ouverture horizontale contournant le mamelon par-dessous  ou sur le contour de l’aréole(1 et 2) ;
- axillaire, avec incision sous le bras, dans l'aisselle (3) ;
- sous mammaire, incision placée dans le sillon situé sous le sein (4).

Prothèses mammaires

 
Quand l’aréole regarde en bas et la distance entre la clavicule et l’aréole dépasse 18-20 cm, il est nécessaire de la repositionner .( mastopexie) ; cette intervention nécessitera une cicatrice périareolaire
 Il est possible d’effectuer ces gestes dans le même temps ou ,dans les formes plus importantes , attendre six mois et le faire sous anesthésie locale assistée.
L'intervention peut durer une heure trente à deux heures.


LES RISQUES


Comme toutes les interventions chirurgicales, il faut prendre en considération des complications immédiates :

  • hématome , dans ce cas est à prévoir, selon  son importance, une reprise au bloc opératoire afin d'évacuer le sang et de stopper le saignement à son origine ;
  • une augmentation transitoire du volume mammaire secondaire à un épanchement séreux autour de la prothèse. Il disparaît spontanément et progressivement ;
  • infection de la prothèse qui peut être précoce quelques jours après l’intervention et peut nécessiter une reprise chirurgicale pour drainage ou ablation de l'implant pendant quelques mois si le seul traitement antibiotique n’a pas été suffisant .

Les complications peuvent être aussi  tardive « à bas bruit »  et survenir parfois plusieurs années après l'implantation.
Les aréoles pendant  les premiers mois peuvent  manifester des  altérations de la sensibilitésous forme de hypo ou hyper sensibilité qui finissent la plupart du temps par régresser.
Quand l’implant est positionnées sous la glande et l’épaisseur de la peau se réduit par changement de poids ou pour d’autres causes, il est possible que celui-ci forme des « plis » ou un aspect de «vagues » Ces plis sont perceptibles au toucher, voire même visibles sous la peau dans certaines positions, donnant alors un aspect de vagues.

Au contact avec la prothèse (corps étranger),  les tissus de la cavité développent  une membrane hermétique qui va entourer l'implant, on appelle «capsule périprothétique»  fine, souple et imperceptible.
Dans certains cas, la réaction de l’organisme est plus importante donnant une capsule qui va  s'épaissir avec le temps et qui ,devient fibreuse  (coque) , se rétracte en comprimant l'implant.
Cette situation anormale mais imprévisible, gênante, voire douloureuse, causant une induration du sein,  nécessite l’ablation de la prothèse, mais peut récidiver après remplacement de cette dernière.
Le temps  et l’agression de nos défenses immunitaires usent progressivement  la paroi de la prothèse ce qui peut donc engendrer sa rupture non obligatoirement conséquence d'un traumatisme violent ou d'une piqûre accidentelle.

Si la  prothèse était  remplie avec du sérum physiologique  on notera un dégonflement de la prothèse ; si elle était replie avec le gel de silicone il en résulte une issue possible du produit de remplissage de la prothèse, et on pourra observer  l'apparition d'une coque.
L'utilisation des prothèses de dernière génération avec un gel hautement cohésif a réduit de façon très importante le pourcentage des coques et des ruptures des prothèses.

Le but de cette chirurgie est d’apporter une amélioration et non pas d’atteindre la perfection le résultat finale dépend de la forme du thorax, de la stabilité du poids de la patiente et de la qualité de la peau.. Si vos souhaits sont réalistes, le résultat obtenu devrait vous donner une grande satisfaction.


CONVALESCENCE

Les suites opératoires sont douloureuses pendant une semaine environ ; la douleur est en relation avec l’importance de l’augmentation de volume et surtout si la prothése est placée derrière le muscle.

Convalescence avec interruption d'activité d'une durée de cinq à dix jours.
Il est conseillé d'attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive. Six  mois sont nécessaires pour apprécier le résultat définitif.

Il faut rappeler que les prothèses mammaires sont constituées de matériel inerte qui  n’est pas capable de se rénover comme les tissus ; il ne faut pas considérer la mise en place de prothèses mammaires comme quelque chose de définitif «à vie».

Il est essentiel de se soumettre aux visites de contrôle prévues par votre chirurgien dans les semaines,  puis les mois qui suivent l'implantation et à la surveillance médicale habituelle (suivi gynécologique et dépistage du cancer du sein), il faut toujours spécifier aux différents médecins intervenants que vous êtes porteuse de prothèses mammaires.



GALERIE PHOTOS


Avant

Après

Prothèses mammaires claudio cannistra Prothèses mammaires claudio cannistraProthèses mammaires claudio cannistra

 

Avant

Après

Prothèses mammaires claudio cannistraProthèses mammaires claudio cannistraProthèses mammaires claudio cannistraProthèses mammaires claudio cannistra

 

Avant

Après

Prothèses mammaires claudio cannistra
Prothèses mammaires claudio cannistra
Prothèses mammaires claudio cannistra
Prothèses mammaires claudio cannistra